Peut-on espionner le portable de
nos voisins ?

Je veux savoir !

Avec la vulgarisation du téléphone portable est apparu un nombre impressionnant d’applications promettant d’espionner tout ce que le voisin peut faire. Sur les stores où ces logiciels mobiles sont gratuits, ils sont majoritairement assimilés à des blagues de mauvais goût destinés à effrayer les cachotiers. D’autres plateformes, plus sérieuses, n’hésitent pas à proposer des versions plus élaborées, plus pertinentes et que les particuliers peuvent utiliser sans éveiller les soupçons. Présentés comme étant entièrement fiables, ces logiciels sont payants et assurent des résultats à la hauteur des espérances de l’espion.

Si ces programmes sont de plus en plus populaires, leurs cibles restent tout de même nombreuses à se questionner sur la possibilité d’espionner son voisin. Aux vues des innovations technologiques, cette possibilité est depuis longtemps devenue une réalité. En 2016, les murs n’ont plus d’oreilles car les techniques d’espionnage permettent d’examiner les moindres aspects de votre quotidien sans avoir à coller les oreilles à la porte. Un système d’espionnage qui va dans les deux sens, car jouer à l’espion au dépend de ses voisins expose le particulier à un retour de bâton.



Est-il indispensable d’avoir un équipement pour espionner son voisin ?



Cela fait maintenant 2 ans que des pirates allemands assuraient pouvoir lire les sms de leurs voisins et voir l’identifiant des personnes qui les appelaient. Le procédé utilisé se basait alors sur la géolocalisation GSM, interceptant les données mal protégées du particulier qui se retrouvé victime d’espionnage à son insu. Ce procédé comporte tout de même quelques difficultés, car ces hackers allemands disposaient de matériels de pointe, ainsi que d’une connaissance informatique poussée. Dévoilant une des failles du protocole GSM et des smartphones en général, ces pirates du web ont également laissé entendre que l’écoute des conversations passées depuis le portable du voisin serait bientôt d’actualité. Si aucune confirmation n’a été faite sur cette dernière possibilité, cela laisse entrevoir un aspect dangereux d’une technologie où l’intimité et le droit à l’individualité ne représentent plus des limites acceptables.

Ici, l’usage de moyens high-tech rassure le particulier, le laissant penser qu’il ne risque rien. Il faut pourtant se rappeler que le portable tel qu’il est aujourd’hui représente une banque de données ambulantes. Disposant d’un nombre important de fonctionnalités, les smartphones sont faciles à hacker. Nul besoin de le prendre en main pour les pirater, car il suffit que son accès Wi-Fi ou que ses données mobiles soient activées pour que toutes ses données soient accessibles. Des dernières pages ouvertes aux endroits visités sur la journée, les informations délivrées par ces modules sont plus importantes que ceux que leurs propriétaires ne l’imaginent. Cette surveillance nécessite tout de même un ordinateur ainsi qu’un logiciel adapté pour que l’espion puisse suivre les activités enregistrées sur le smartphone. En quelques minutes, ces logiciels donnent la possibilité de récolter un maximum de données, sans que le particulier ne se sente épié.



Logiciel espion : pas besoin d’être un expert



Contrairement à une croyance populaire qui a la dent dure, utiliser un logiciel espion ne demande pas de compétences particulières. Le site espionnerunportable.org vous propose une liste sélectionnée par des experts de l’espionnage mobile. Trouvez chaussure à votre pied en quelques minutes !Ainsi, il n’est pas indispensable d’être un expert sur les méthodes d’espionnage de mobile pour pouvoir passer la vie d’une personne à la loupe. En dehors des applications payantes qui nécessitent de manipuler le téléphone de la cible pour moins de 5min, il est possible d’effectuer une surveillance mobile sans avoir à installer quoi que ce soit sur le portable. Pour le hacker, cette méthode implique l’utilisation d’un logiciel sur son ordinateur. C’est grâce à ce software que les données liées au GSM du voisin seront analysées. Le piratage est invisible depuis le périphérique surveillé, donnant l’opportunité d’effectuer directement des captures ou des enregistrements des activités mobiles. En théorie, les informations enregistrées via le logiciel ne peuvent être soutirées par des entités tierces. Force est cependant de reconnaitre qu’aucune garantie n’est donnée quant à leur sécurité, et que les renseignements sur la personne espionnée peuvent être volés si vous-mêmes faites l’objet d’un piratage sur votre ordinateur.

Certains softwares proposent toutefois une assistance, ayant pour but de rassurer les utilisateurs sur leur fiabilité. Dans la mesure où l’usage d’un cheval de Troie est indispensable au hacking d’un portable, les données de l’espion peuvent également subir des attaques. Pour cette raison, il est généralement conseillé de redoubler de prudence. Heureusement, les notices d’utilisation de ce type de logiciel donnent des indications sur les dispositions à prendre pour éviter de se faire repérer ou de subir à son tour un piratage en ligne. Les logiciels les plus aboutis offrent même la possibilité de détourner le micro du smartphone pour en enregistrer les appels. De même, ils peuvent servir de mouchard, retranscrivant les conversations que leurs propriétaires n’ont pas au téléphone.



Espionner son voisin comporte-t-il des risques ?



Bien que les techniques d’espionnage que les particuliers peuvent utiliser sur leurs voisins sont réputées indétectables, il n’est jamais totalement garanti que les victimes ne se rendent pas compte de la traque. Si la détection de logiciels espions est rare, elle reste en effet possible lorsque le smartphone commence à présenter des comportements inhabituels. En dehors de la consommation excessive de batterie, ou l’apparition de données en double peut en alerter l’utilisateur. Dans la majorité des cas, la victime pense alors à supprimer définitivement les données de son téléphone, ou de réinitialiser ce dernier. Cela n’empêche pourtant pas aux logiciels les plus performants de récupérer l’essentiel des données, à la manière d’un back-up.

Pirater les informations du voisin peut sembler un acte anodin, car il est devenu courant de trouver des sites où les logiciels de hacking mobile sont vendus en toute légalité. Il est cependant indispensable de se rappeler qu’y avoir recours constitue une violation de la vie privée d’autrui, et qu’enregistrer les conversations d’un tiers sans son consentement constitue une violation du secret de sa correspondance. Selon la loi, ces recours sont illégaux et passibles d’une peine de 12 mois de prison. Les hackers indiscrets peuvent également être condamnés à payer une amende de 45.000 euros, selon la nature du préjudice et les conséquences sur la vie de la victime.